Les nouvelles
Accueil / Culture du monde / La musique négro-africaine
musique-negro-africaine
musique-negro-africaine

La musique négro-africaine

Dans la musique négro-africaine, on ne peut envisager comme un ensemble homogène les multiples expressions musicales de l’Afrique. Cependant, si l’on excepte la zone sahélienne située directement au sud du Sahara, où coexistent les influences arabes et la tradition noire, on constate des points communs à toutes ces cultures musicales. Ce sont le recours à la tradition orale comme mode de transmission, l’absence d’une théorie et d’une notation, l’association de la musique et de la danse. Par ailleurs, les productions musicales sont toujours liées à un événement précis de la vie sociale et religieuse; l’emploi d’un instrument est régi par des règles strictes et le musicien possède souvent un statut particulier.

Instruments de la musique négro-africaine

Parmi les instruments, il faut citer, dans la catégorie des idiophones, la sanza (mbira, likembe), le xylophone, du type le plus rudimentaire au type le plus complexe, répandu dans presque toutes les régions; le tambour d’eau, qu’on rencontre surtout dans les régions sahéliennes, et le tambour à fente, présent surtout en Afrique équatoriale. Ses propriétés tonales en font l’instrument par excellence du langage tambouriné (les membranophones occupent d’ailleurs une place prépondérante sur tout le continent); en outre, il existe une grande variété de hochets, de sonnailles, de cloches simples ou doubles et de racleurs. Les cordophones sont représentés par l’arc musical et par de nombreux types de harpes et de cithares. Parmi les aérophones, on trouve des flûtes à embouchure terminale ou latérale, des flûtes globulaires (de type ocarina), des flûtes de Pan, des instruments à anche simple (de type clarinette), à anche double (de type hautbois), des trompes en corne ou en ivoire et des instruments à air ambiant du type rhombe.

Le chant dans la musique négro-africaine

Si la musique purement instrumentale se rencontre parfois, le chant, collectif ou individuel, est omniprésent. Souvent, il s’agit de chants dans lesquels le soliste énonce une strophe reprise ensuite par le chœur. L’échelle musicale la plus courante est à cinq tons. La rythmique, même si elle n’est parfois que sous-jacente, s’exprime au moyen de formules souvent complexes et superposées.

.Musique negro-africaine moderne. La littérature orale. Negro spiritual et jasz. La poésie africaine moderne. Contribution à 1 'étude de 1 'architecture..dans l'Art. Cet idéal d'un art apollonien (Arts plastiques), et dionysien (Musique et arts du spectacle) que Nietzsche définit dans ses premières oeuvres : Origine ....Cet article présente un résumé des littératures des pays d'Afrique en groupant les .... C'est une façon de raconter proche à la musique. Les griots suivent .... ( ISBN 978-2-36441-093-0); Lilyan Kesteloot, Anthologie négro-africaine. Histoire et ...

Voir tous les articles sur La musique négro-africaine, cliquez ici => La musique négro-africaine



BDV - Billet d avion
Voyage moins cher
Voyage pas cher ecotour
Vacances pas cher