Les nouvelles
Accueil / Pays / Albanie – Histoire

Albanie – Histoire

Colonisé par les Grecs au VIIe siècle av. J.-C., province romaine, puis byzantine, l’Albanie devait être envahi par les Goths (IVe -Ve s.), les Slaves (VIe-VIIe s.), les Bulgares (IXe -XIe s.) et les Serbes (XIIIe-XIVe s.), avant d’être conquis par les Turcs au XVe en dépit de l’héroïque résistance de Skanderbeg, le héros albanais surnommé «l’athlète du Christ».

C’est également au XIe siècle, plus précisément en 1054, qu’eut lieu le schisme entre les Églises d’Orient et d’Occident qui conduisit à la partition du pays: au nord du fleuve Shkumbin, les territoires dépendaient de Rome, tandis qu’au sud ils étaient rattachés à l’Église gréco-byzantine.

Une volonté de reconnaissance

L’histoire de ce pays est marquée par la volonté de reconnaissance de l’identité albanaise, fondée sur un particularisme linguistique: c’est le sens qu’il faut donner à la création en juin 1878, à la veille du congrès de Berlin, de la Ligue albanaise de Prizren, qui demandait la création du vilayet d’Albanie. En 1912, le pays accéda à l’indépendance, mais celle-ci se révéla précaire durant la Première Guerre mondiale. L’éphémère monarchie de Ahmed Zogu, qui s’était proclamé roi en 1928, s’écroula en 1939 lorsque l’Albanie fut envahie par les troupes de Mussolini.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le Duce s’appliqua à créer la Grande Albanie, territoire dont les frontières correspondaient aux limites ethniques du peuple albanais et qui comprenait le Kosovo, la Macédoine et la Camerie. Toutefois, la résistance albanaise s’organisa sous la direction d’Enver Hoxha et en liaison avec le mouvement de Tito en Yougoslavie. En janvier 1946, le république populaire d’Albanie fut proclamée et le pays s’engagea dans le camp socialiste.

De l’après-guerre à aujourd’hui

Depuis, prétendant affirmer sa fidélité au marxisme-léninisme, l’Albanie a rompu avec la Yougoslavie en 1948 et avec l’URSS en 1961, puis avec la Chine en 1977, en dépit des relations très proches entretenues par ces deux pays. Ramiz Alia a succédé à Enver Hoxha, décédé en 1985. À partir du printemps 1990, face au mécontentement général, le gouvernement a annoncé des réformes politiques et économiques. Lors des premières élections libres (mars 1991), les communistes au pouvoir se sont assuré la majorité au Parlement, qui a réélu Ramiz Alia en avril 1991.

Grèves et manifestations ont obligé le gouvernement à organiser des élections législatives, remportées par le parti démocratique en mars 1992. Après la démission de Ramiz Alia, Sali Berisha a été élu président de la République. La victoire de l’opposition socialiste aux élections législatives du 29 juin 1997, a provoqué la démission du président S. Berisha.

Un mois plus tard, Rexhep Mejdani, le secrétaire général du Parti socialiste, est élu à la présidence de la République albanaise, a levé l’état d’urgence en vigueur depuis cinq mois et nommé Fatos Nano Premier ministre. Peu après, les soldats de la Force multinationale de protection (FMP) ont quitté le pays, tandis que les forces gouvernementales ont repris progressivement le contrôle du territoire.

>

Voir tous les articles sur Albanie – Histoire, cliquez ici => Albanie – Histoire



BDV - Billet d avion
Voyage moins cher
Voyage pas cher ecotour
Vacances pas cher